Amnésie calculée et abandon logique

Un jour quelqu’un m’a dit que j’écrivais super mal et que les chances que mon premier roman soit publié étaient nulles. Un ex-patron, dans la pub, avait également eu la bonté d’âme de me remettre sur le droit chemin en me convaincant que jamais je ne pourrais passer du service clientèle au service création. On me regarde parfois de haut parce que je travaille en communication. La com, c’est pour les paresseux, pour ceux qui n’ont pas eu les couilles d’entreprendre une carrière sérieuse. Dans les sciences pures, par exemple.

Une copine à qui j’ai récemment demandé une aide professionnelle a tout fait pour éviter de me l’apporter. L’amie d’une amie me déteste alors que je ne lui ai jamais adressé un seul mot.

Des exemples comme ceux-là, j’en ai mille.

On ne peut pas plaire à tout le monde et tout le monde ne nous plait pas non plus. Mais il ne s’agit pas que de ça. Le monde est parsemé de gens qui ne cherchent que le côté sombre des choses. Ils le cherchent, ils le trouvent. Partout, tout le temps. Cette attitude par rapport aux autres est une seconde nature et ils en sont fiers. Ils sont parfaitement agaçants mais se trouvent cool et peut-être même charitables de nous balancer nos quatre vérités au visage.

Ils sont réalistes, eux. Ils savent, eux.

Le temps est radieux ? Ils vont vous parler de la pluie de demain. Quelqu’un de leur entourage réussit ? Ils mettront sa réussite en perspective ou en attribueront le mérite à un autre.

Si on choisit la nuance, eux vont préférer le noir. Ce sont des gens d’esprits, formidablement présents dans nos vies et extrêmement efficaces pour éteindre toute possibilité de joie simple.

Sauf que leur efficacité a une date de péremption : mon âge.

Ce qui est merveilleux avec la cinquantaine, c’est qu’on peut choisir de tasser toutes ces personnes, d’ignorer tous leurs commentaires inutiles – le manque d’hormones aide sans doute un peu…  – . Les balayer tranquillement de nos vies est un exercice très salvateur.

Parce que le temps passe trop vite et qu’arrive un moment où on préfère le traverser avec des gens qu’on aime. C’est moins épuisant.

Parce qu’avec l’âge on connait mieux sa valeur, personnelle et professionnelle. Si on veut réussir à atteindre nos objectifs de vie, on doit forcément passer à la vitesse supérieure.

Je veux construire une cathédrale dans ton cœur avant ma mort ? Je dois m’y atteler et vite !

Si on regarde ça de plus près.

Le côté sombre de toutes ces petites attaques, c’est leur multiplication et l’incidence qu’elles peuvent avoir sur notre élan. Une phrase assassine suffit pour miner à vie une personne fragile, alors imaginez quand la chorale de voix noires devient votre petite voix intérieure. C’est l’horreur, instantanée et permanente.

On finit par se saboter soi-même. Incroyable gâchis. Bien sûr, on peut toujours se servir des attaques pour s’en faire une force. Ce qui ne te tue pas, etc. Mais ça c’est seulement vrai pour les plus solides d’entre nous.

Certains sont allergiques au gluten. Moi j’ai développé une intolérance, mais monstre ! envers ceux qui utilisent des idées ou des phrases pour détruire leur entourage, ceux qui sont dans le négatif constant et qui se targuent d’être dans le vrai. Les clairvoyants de l’obscurité.

Être réaliste, man, c’est de penser qu’on ne sera plus là demain. Point barre.

Passe donc ce temps précieux à produire, à créer, à aimer ta garde rapprochée, à cultiver de l’utile, un jardin, une terre et sois donc fertile en compliments. Ça ne nuira à personne et ça pourrait même te faire du bien à toi aussi.

Allez, je vais t’aider. On va faire un grand ménage pour faire entrer la lumière. Quelqu’un peut me donner un grand sac rose que j’y jette toutes les mauvaises pensées du monde ?

Je sais, je fantasme, mais au moins je fantasme joyeux !

 

 

 

 

 

 

 

 

5 commentaires sur « Amnésie calculée et abandon logique »

  1. Tu sais quoi Christine ?! Zut pour ceux qui t’ont dit que tu n’écrirais jamais un bon papier…La preuve est faite poulette ! Tu as la plume pour nous divertir, nous porter à la reflexion, nous émouvoir et allumer un la p’tite étincelle …Alors championne , faut continuer et moi …je consomme tes textes comme on se gave de chocolat ! Menoum ! X

    J'aime

  2. Ma belle cousine, malheureusement il y aura toujours des gens jaloux du succès des autres. J’en ai vu beaucoup vis-à-vis Maxime, heureusement il y’a ceux qui sont contents et fièrs pour toi. C’est à ceux là qu’ils faut consacrés du temps. Continue d’écrire ma belle tu as vraiment du talent et j’aime te lire.Ta cousine qui est fière de toi xxxx

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s